Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 08:03

Hello les blogos ! Diantre la blogose !

 

Nous sommes le 10 février 1673, au petit matin, dans un hôtel de passe de la rue Bouffetard, " Au Cocu impromptu ".

Au premier étage, Bérénice Vérole et Armande Miasme, peu vêtues et la chevelure désinvolte, sortent d'un même pas de la chambre numéro treize et se dirigent vers les cuisines au rez-de-chaussée pour des agapes matinales et réparatrices.

- Hébé ! Il n'est pas très en forme le Momo ce matin !

- Moi je trouve que c'est un amant formidable !

- Pauvre cruche ! Il baise comme un bourgeois !

- Comme un gentilhomme !

- Un gentilhomme ? Un malade oui !

- ...surtout imaginaire !

Et les deux ingénues, bien que savantes et franchement débauchées, de prolonger leur joute en une cascade de rires de petites écolières fourbes.

Dans la chambre numéro treize, le fameux et peut-être fumeux Momo s'étire nonchalamment et ne prête qu'une oreille étourdie aux rires lointains des deux hétaïres.

- Aaargh ! Ma mélancolie hypocondriaque me reprend ! Dieu que j'en chie menu et grêle ! Que je sois phlébotomisé sur le champ !

Et le quinquagénaire de se tordre de douleur comme un grec agonisant sur les ruines ancestrales de son essor bafoué.

- Aïe ! Et dire que personne ne me prend au sérieux sur ce mal incisif !

         J'enrage , je peste quand je sens sa piquante froideur

         Et quelques coups de poing satisferaient mon pauvre coeur !

         Et paf ! Et paf ! Et pour contrecarrer la noirceur immédiate, pif !

Et le toujours quinquagénaire Momo de se rouer de coups et de cracher du sang comme un syrien agonisant dont tout le monde se fout et sans essor, ma foué !

Non loin de là, sur la place Nicomède, Tibério Fiorelli, valet de son état, trépigne.

- Je trépigne ! Mais que fait-il ? Où est-il donc ? Dans quel état gère-t-il ses maux mon Momo maître à moi ? J'enrage et je peste derechef, diantre et foutre ! C'est foutu !

A ces mots, le fameux et très certainement fumeux Momo arrive, peu vêtu et crachant du sang.

- Ah Tibério ! Te voilà chenapan ! Alors, rien n'est prêt ? Mais sais-tu que l'on joue ce soir vil galopin ? Tiens ! Tiens !

- Maître ! Maître ! Et si je puis me permettre : aïe ! Je vous croyais mourant et à l'article de la mort ! Aïe !

- Moi mourant ? Jamais ! The show must go on comme l'on dit chez ce con de William !

Ploum Ploum !

Or, le sort en fut tout autre pour le Momo peu visionnaire. Car en cette soirée de représentation théâtrale, sur la place Nicomède, le fameux Momo, plus connu sous le patronyme de Molière, s'en fut vers l'au-delà, crachant une dernière fois sa chtouille populaire.

Il y jouait, pour un rappel croquignolesque au ridicule légendaire, Le Malade imaginaire.

On l'enterra clandestinement dans une fosse commune le 21 février 1673.

Et c'est ainsi qu'Allah est grand, et sûrement halal !


Partager cet article

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche