Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 06:33

Hello les blogos ! Un mot, des mots la blogose !

S'il y a bien une spécificité hexagonale de l'automne annoncée, c'est cette proverbiale rentrée littéraire qui titille l'occiput des échotiers émus. Échotiers qui ne cessent chaque année de bisser les auteures-auteurs notoires et établies, ces dernières-derniers qui, à l'instar de Cannes et son festival, se pressent d'écrivailler vite pour exister encore et toujours. Car le flot est imposant et le tsunami ne fait pas de quartier. Beaucoup de candidats, peu d'élus, comme l'on dit dans les milieux avisés où même l'homo-politicus s'autorise à sténographier d'insupportables billevesées qui font tant pour la médiocrité ambiante. Et Dieu sait si celle-ci a un cruel besoin de régner en maître en notre monde si spirituel. Mais cessons-là ces niaiseries typiquement parisiennes et voyons ensemble, en un geste salvateur de clarification, les meilleurs romans parmi les cinq cent soixante proposés cet automne peu atone.

Tout d'abord, et pour débuter dans la production nationale, le très attendu "Le grand jeu de massacre" de Céline Ménard aux Éditions Béziers-Moi, non sans oublier le retour de Yasmina Reza de Raime avec son croustillant "Babylone, tu déconnes !". Nous n'oublierons pas les poids lourds que sont Régis Gauffret avec "Cannibales musettes", Simon Liberati et son étonnant "Charles Manson, mon amour", Joann Sfar avec "Et encore un roman avant un nouveau film.", et bien entendu l’indétrônable Amélie Nostombes avec "Pareil que Joann Sfar". Pour ce qui est de la production étrangère, dite internationale pour ne pas paraître injurieux, soulignons le retour du très mort Jim Harrison avec cet exquis "Le vieux saltim'branque" qui fera date dans les récits fictionnels qui prônent l'alcool, le bonne bouffe et le sexe, non sans oublier de souligner le style inimitable des alcooliques greffiers, de Bukowski à Edgar Allan Poe, en passant par Blondin, Pessoa, Rimbaud et Francis Carco, membre éminent des Hydropathes, club hostile à l'eau. Amos Oz revient quant à lui avec le très facétieux "Je vais vous expliquer simplement le conflit israélo-palestinien." et le non moins attendu nouveau roman de Salman Rushdie, "Les corsets sataniques", qui revient lui sur la mode islamiste depuis le VII° siècle.

Évidemment, nous n'omettrons pas de signaler le très littéraire, voire chateaubriandien, "Tout pour le pognon" de Nicolas Sarkozy, qui sera sans nul doute très peu médiatisé, comme d'habitude et à l'inverse de cet auteur pompant et pompeux qu'est Emmanuel Blancafort avec son rasant "Les chroniques de la Glooyourte" aux Éditions Lepire-éditeur de la place de Paris.

Aaaaah Paris !

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 06:33
La rentrée
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 06:31
Tout pour la Droite
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 06:30
Vie médiatique
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 06:39

Hello les blogos ! Tu rentres la blogose ?

Reprise de la matinale sur France Inter.

La question, brûlante et ressassée jusqu'à l'os, est de savoir : " Es-tu candide ah ?" Et plus explicitement, êtes-vous d'une pureté absolue ? Ce à quoi les candides (ah) répondent en chœur : "Ben oui !", "Pensez-vous !" ou tout bonnement "Le fait même de me poser la question est insultant !" Car oui, les candides (ah) sont bien évidemment certains de l'être et ne tolèrent aucun quolibet. Pas même le baron Thunder-ten-tronckh, père de Cunégonde, qui, à défaut de cultiver son jardin, entretient son conservatisme noble, quoique arrogant. Et bien que retors, il se proclame également candide (ah), n'étant de toute façon nullement soumis à un examen de probité. "La probité, j'm'en tamponne le coquillard !" a-t-il l'habitude de dire d'ailleurs. Ce qui le rend assez sympathique, il faut bien le dire. Enfin un baron sincère, despote éclairé certes mais nullement ironique, surtout à ses yeux. L'ironie étant pour un candide (ah), la pire des dispositions de l'esprit. Sainte-Beuve rit ! Priez pour nous !

Qu'il est touchant d'observer tous ces candides (ah) se mirer la rondelle en espérant secrètement qu'un pamphlétaire gandin vienne s'y oindre la langue. Car il faut, pour un candide (ah), utile et apprêté, savoir s'entourer de flatteurs uropygiens. Non seulement, ça aide au transit, mais également, ça favorise la solennité qui sied à l'instant. Ces instants rares où la parole protocolaire, ou procto'collaire, est précieuse tant l'évènement est profond. Aussi profond qu'une analyse périnéale ou colorectale. D'ailleurs, quoi de mieux qu'un rectum coloré ? On se le demande ! Ce qui nous changera de tous ces candides (ah) qui ont l'anus terne et blafard.

Heureusement, ils sont peu nombreux.

L'instance journalistique veille à cela.

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 06:38
La rentrée
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 06:38
J.O. de RIO
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 07:22
La rentrée
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 07:22
La rentrée
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 05:57
J.O. de RIO
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche