Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 05:15
Auto-satisfaction
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 05:13
L'automne malade
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 06:39
Octobre peu atone
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 06:01

Hello les blogos ! Zhöngwén Hanyu li blogose !

Dixième mois de l'année malgré son étymologie (du latin octo, huit), octobre compte trente et un jours et deux dents cariées. Les Anciens le consacraient à Mars, qui s'était trouvé chocolat à la suite d'une diarrhée automnale, et le représentaient sous les traits d'un homme nu qui vendangeait d'une main et tuait un lièvre de l'autre. Ce qui dénote d'une indéniable ingéniosité féminine plus que respectueuse.
C'est en octobre que l'homme de gauche éprouve le plus vivement le besoin de s'embourgeoiser devant l'âtre et de ramasser les veules mortes, qui sont, dit-on, bien plus froides que bien des allumeuses du LR d'obédience callipygienne. Le mois est riche en évènements plus ou moins attristants. C'est un 1er octobre de l'an 331 avant J.C. qu'Alexandre le Grand écrasa comme une merde mésopotamienne Darius III, roi des Perses, à Gaugamèles, plaine fleurie du nord de l'Irak où le tigre coule plus qu'il ne feule. L'Irak qui a donc en tout temps suscité bien des convoitises, certaines pétrolifères. En 1273, toujours un 1er octobre, Rodolphe de Habsbourg est élu roi de Germanie par ses pairs couillus, bien que teutons. En 1791, à Paris, se tient la première séance de l'Assemblée législative, inaugurant un régime monarchique et parlementaire, où Robespierre eut ces mots, désormais célèbres : " Je suis ici par l'acharnement d'un seul homme : Nicolas Sarkozy dit Danton-cul ! " C'est également un 1er octobre, en 1946, qu'eut lieu le verdict du procès de Nuremberg. Procès qui acquitta Hjalmar Schacht, ministre de l'économie du Troisième Riech, seulement coupable, selon des alliés pointilleux, de mercantilisme, ce qui est peu.
Octobre est aussi le mois de la maturité flamboyante et de la jouissance des biens terrestres. L'homme est alors jovial et rubicond. Il tamponne des fûts dans sa cave en se foutant pas mal du regard oblique des censeurs, il bêche un dernier poireau, coupe du bois, pèle une poire et remise sa femme au placard. Il époussette les livres d'hiver, les aère, et les pose au-dessus de la cheminée pour faire joli, entre la pendule du Poitou et le coq en stick.
L'homme d'octobre redécouvre la cuisine. Il ouvre alors son grand livre de recettes, hérité de sa grand-mère, avec un dos rainuré et collé, et cousu en véritable fil de lin. Il l'effeuille d'un geste pondéré jusqu'à la page cent trente-sept. Il aborde alors cette vieille sérénité des pays agricoles face à l'écrit, et sans chuchotements.
Ce soir, il se régalera d'une potée auvergnate.

L'Auvergne où l'air ambiant, selon la dernière étude de l'OMS qui précise que près de 92% de la population mondiale respirerait un air vicié, où l'air ambiant disais-je, est supérieur à bien des atmosphères de la Gaule.

Ce qui provoquerait chez les Avernes une érection de là à là. Félicitations !

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 06:01
Octobre peu atone
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 06:01
OCTOBRE
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 04:51

Hello les blogos ! Oh flûte ! Tu pues du bec la blogose !

Alors que l'Autriche n'est pas encore ce doux pays où fleure bon l’extrême nationalisme bon enfant des joyeux drilles de la confrérie de l'Apfelstrudel de la Wehrmacht, la pâtisserie préférée de Leni Riefenstahl, ce 30 septembre 1791, dans les faubourgs de Vienne, au théâtre de Schikaneder, le public se lève comme un seul homme pour faire un triomphe à la première représentation de "La Flûte enchantée" de Wolfgang Amadeus Mozart, déjà célèbre à l'époque pour avoir composé l'opéra "L'enlèvement au bordel", plus connu sous le nom pharisien de "L'enlèvement au sérail, puis du non moins éminent "Toutes des salopes !", plus connu sous l'intitulé "Cosi fan tutte", bien plus décent, quoique irrécusable dans le fond. Et c'est peu dire que c'est un triomphe absolu puisque cet opéra sera joué plus de cent fois dans cette même année, ce qui à l'époque n'est pas négligeable. D'autant plus que celui-ci est en langue allemande, pourtant peu amène à des oreilles rationnelles, et dont la musique, à la fois simple et populaire, fait appel, non seulement à la fantaisie chère à Wolfgang, mais également à l'appui d'instruments originaux et iconoclastes, comme le pipeau, cher à l'homo-politicus, ou bien encore le carillon dont Papageno, l'un des protagonistes du livret, oiseleur de son état et bon buveur, le fait résonner pour encourager et faciliter le gnougnoutage de sa Papagena d'amour, et qui donnera ce succulent duo à la fin de l'acte II avec ces "Pa...pa...pa...", aériens et sagaces. Notons également que le public du théâtre de Schikaneder, petit théâtre en bois, est un public populaire, dans le bon sens du terme. C'est à dire un public peu étriqué, plus client du bouillon de volaille que du pot-au-feu, jovial et canaille, parfois vulgaire, mais une vulgarité qui est comme une promesse de joie et de durée, et dont l'écoute ne s'embarrasse pas du silence requis par la suffisance du public bourgeois, plus vieux que mélomane. Le public bourgeois qui s'émeut sans sourciller de l'étourdissant air de la Reine de la nuit avec son contre-fa soufflant, appuyé il est vrai par un quatrain en pentamètre iambique, ce qui constitue une exception dans l'opéra, comme tout le monde le sait, essentiellement en tétramètre iambique. Je m'en veux de le préciser. Malheureusement, Mozart n'a pas le temps de savourer son succès. Malade, épuisé par les assauts de Constance, une nymphomane peu bovine mais au coup de rein de taureau, Amadeus meurt deux mois plus tard dans son lit, comme tout bon tire-au-cul sybarite, sans jamais finir le Requiem d'Antonin Dvorak, né bien plus tard en 1841.

Je vous conseille ainsi, afin de célébrer ce 30 septembre, d'ouïr sans fin cet opéra enlevé. Non seulement, ça fait du bien aux esgourdes, mais également, ça fait du bien aux portugaises. Et question poil, ça l'est !

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 04:50
Rosetta VS Tchouri
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 04:50
Shimon Peres
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 04:49
Y'a-t-il un pilote dans l'avion ?
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche