Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 05:33
Espagne
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 05:33
Loi travail
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 08:02

 

Hello les blogos ! Corne d'au rock la blogose !

 

En ce 22 octobre, 295° jour de grégorien calendrier, 296° si bissextile année, aillons, ou plutôt ayons une pensée poétique et fraternelle pour l'ami Georges, Brassens de son nom, né un 22 octobre 1921 à Cette, plus communément appelé Sète, c'est un fait. Et quoi de mieux pour célébrer le pote à chou de Patachou que de lire ses mots, au petit matin fortement entamé, et notamment " Le sceptique", un texte précieux et peu connu.

 

Imitant Courteline, un sceptique notoire,
Manifestant ainsi que l'on me désabuse,
J'ai des velléités d'arpenter les trottoir(e)s
Avec cette devise écrite à mon gibus :
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."

Dieu, diable, paradis, enfer et purgatoire,
Les bons récompensés et les méchants punis,
Et le corps du Seigneur dans le fond du ciboire,
Et l'huile consacrée comme le pain bénit,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."

Et la bonne aventure et l'art divinatoire,
Les cartes, les tarots, les lignes de la main,
La clé des songes, le pendule oscillatoire,
Les astres indiquant ce que sera demain,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."

Les preuves à l'appui, les preuves péremptoires,
Témoins dignes de foi, metteurs de mains au feu,
Et le respect de l'homme à l'interrogatoire,
Et les vérités vraies, les spontanés aveux,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."

Le bagne, l'échafaud entre autres exutoires,
Et l'efficacité de la peine de mort,
Le criminel saisi d'un zèle expiatoire,
Qui bat sa coulpe bourrelé par le remords,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."

Sur les tombeaux les oraisons déclamatoires,
Les : "C'était un bon fils, bon père, bon mari",
"Le meilleur d'entre nous et le plus méritoire",
"Un saint homme, un coeur d'or, un bel et noble esprit"
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."

Les "Saint-Jean bouche d'or", les charmeurs d'auditoire,
Les placements de sentiments de tout repos,
Et les billevesées de tous les répertoires,
Et les morts pour que naisse un avenir plus beau,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."

Coda
Mais j'envie les pauvres d'esprit pouvant y croire.

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 08:01
Power of money
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 08:00
DSK for ever !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 05:31

Hello les blogos ! Hi ! Est-ce elfe la blogose ?

 

Souvenons-nous mes taxés. Souvenons-nous. En 1981, alors que de joyeuses dictatures tentent de survivre dans un monde épanoui, en Argentine et en Pologne, François Mitterrand, le géniteur de Mélenchon, Mélenchon étant le pseudonyme de François à la Guesse Tapo, une société à but non lucratif, François Mitterrand, le 10 mai au soir, est élu président de la République. Et alors que Yvon Gattaz, promis président du CNPF, le futur MEDEF, Yvon, le père de Pierre, lui-même président du MEDEF, l'ex CNPF, vous prenez conscience du bienfait de la consanguinité ?, bref, et alors donc que Yvon Gattaz prédit la montée des chars russes sur les Champs-Elysées, Pierre Mauroy crée en 1982 l'IGF, l'impôt sur les grandes fortunes. Ni une ni deux, Yvon Gattaz, nouvellement élu El Condor du CNPF, constitue une cellule psychologique pour tout le patronat et autres munis bien lotis, marris de tout cela, sans oublier de créer, au sein même de cette cellule, un cabinet d'études afin d'aider ceux-ci et lui-même à fissa fissa foutre le camp ailleurs où l'herbe est plus verte, et surtout plus grasse car moins taxée. Les douaniers sont alors réquisitionnés pour empêcher les tristes manants de parfaire leur besogne. Dure et vaine tâche. Il faudra attendre 1987 pour que Jacques Chirac, qui crée alors la cohabitation, supprime enfin l'IGF au grand bonheur des rentés aux dentiers effilés. Ceux-ci, accablés de côtoyer les étrangers forcément étranges, surtout les suisses, reviennent alors en France. Et paf ! Sans crier gare, le PS revenant au pouvoir en 1989, du moins au gouvernement, applique à nouveau l'impôt frondeur et, afin de tromper l'ennemi, l'appelle désormais l'ISF. Ce que c'est que la politique tout de même ! "Scrogneugneu !" font alors les CNPFiens et autres aristo-bourgeo-peu-cocos qui n'en peuvent plus de tant d'acharnement. C'est vrai quoi ! Ils ne l'ont tout de même pas volé leur richesse merde ! Il faut attendre dès lors Nicolas Sarkozy avec son bouclier fiscal et François Hollande pour qu'à nouveau l'ISF revienne au centre des préoccupations des nantis besogneux. Mais voilà, l'ISF, tout comme Stéphane Hessel, résiste. Heureusement, tout comme Stéphane Hessel qui finalement meurt sans que personne ne s'en indigne, l'ISF, en ce jour sacré et par la grâce de Saint-Emmanuel, est mort et enterré. Ainsi, nous pouvons prédire que les désormais MEDEFiens et toujours aristo-bourgeo-peu-cocos se ramènent le fion en nos contrées, car, ce n'est pas pour dire, mais les suisses, ça va bien un moment, après, c'est comme le regard, ça lasse.

Adieu l'ISF ! Gloria victis !

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 05:31
L'automne
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 05:31
Balance ton porc !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 05:30
Choisis ton camp camarade !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 07:38

Hello les blogos ! Grumph Grumph la blogose !

 

Orelsan, le désabusé solaire, a raison. Les parents sont obligés de mentir à leurs enfants. Je me demandais d'ailleurs, moi qui ne suis qu'individu, comment faisaient-ils pour, après avoir "créer", dialoguer avec leur "création" et la mettre en perspective avec l'après, le monde et l'avenir ? Voilà la réponse. Ils mentent. Comment reprocher d'ailleurs à ce que les enfants fassent de même après ? Les parents mentent à leurs enfants. Comment faire autrement ? Comment expliquer à un enfant que le monde dans lequel il a été introduit est abrupt, brutal et impitoyable, sinon en déliquescence ? Du moins, et avant la révolution nécessaire, actuellement. Comment font-ils ? Comment signifier notre monde à un enfant, un organisme primitif et élémentaire ? Comment faire ? Comment lui insuffler la croyance en un avenir joyeux, la sociabilité, la beauté et l'inéluctabilité de notre Terre, et de tous les individus qui la peuplent ? Comment ? Alors, le mensonge est. Il est l'affirmation contraire à la vérité faite dans l'intention de tromper. De tromper pour mieux espérer. La vérité est crue. Et de "crue" à cruelle, il n'y a qu'un bien maigre pas. Vous verrez cela vous ? Vous vous verrez énoncer à un gnome, à l'instant où il aura pris connaissance du sens, ce qui peut advenir assez tôt : " Mon petit, vois-tu, dès des trois ans, nous t'avons mis à l'école afin que tu apprennes à lire, écrire et compter, bon, il est vrai qu'en ce moment, ça merde un peu, mais bon, ça va le faire et il faut que tu sois sérieux et attentif, et surtout poli, voire déjà responsable et autonome, mais tu vas voir, on y arrive tous, enfin, on tente de le devenir, pas toujours, et surtout au moment des élections, bref, qu'est-ce que je disais ?, oui, voilà, te voilà à l'école, et après, il y aura le collège, le lycée, si toujours ils existent, la cour d'école où tu vas t'en prendre plein la gueule, il faudra maigrir et retirer tes lunettes, et si tu y arrives, la faculté, encore que la faculté, va falloir qu'elle se réforme et que tu sois bon, voire tiré au sort, bref, tout de suite après, hein ?, les amours ?, oui, les amours, les femmes, les hommes, tu as le choix, enfin le choix, ce n'est pas sûr, faut assurer, voire être beau, presque, sinon y'a l'esprit, c'est le plus important, du moins, c'est ce qui se dit, parait-il, enfin couvre-toi, c'est plus prudent, les maladies, je t'expliquerais, et puis les amours, ça va, ça vient, bref, ensuite, va falloir bosser et si tu n'as pas de diplômes, ça va être compliqué, bien que les diplômes ne garantissent pas forcément un boulot, voir une paye, mais bon, il y a d'autres solutions, des boulot de type manuel que l'on acquiert par un apprentissage, pas toujours garanti, ni payé d'ailleurs, mais bon, tu pourras toujours travailler en usine, bon, c'est sûr de nos jours, il faut les trouver, ailleurs et loin, mais il en reste, si, si, et si tu ne trouves pas, on t'aidera, enfin, le ciel t'aidera, un ciel certes un peu plombé en ce moment, plombé dans le sens premier du terme, un ciel pollué, de même que la terre, mais bon, ça va s'arranger, enfin, on l'espère, ce n'est pas encore foutu, ça y ressemble mais y'a Hulot, je t'expliquerais, qu'est-ce que je disais ?, ah oui, après le boulot, et permets-moi de te dire que ça va être long et ardu, mais on y arrive, à force, voire au forceps, tu auras droit après à une retraite, du moins, je l'espère pour toi, mais pas encore, loin dans le temps, très loin, ah ça, il te faut et te faudra du courage, et de la persévérance, de l'obstination, de l'acharnement, un logement, tout ça, du..., bref, qu'est-ce que je disais ?, ah oui, tu devras aider tes enfants, parce que bon, il faut que tu en fasses, ah ben oui, sinon, hein ?, sinon, que fait-on sur cette Terre ?, donc bon, tu devras aider tes enfants, les accueillir en vacances, voire les loger, le logement, la propriété, tout ça, et leur donner à bouffer, ça va être dur pour eux, plus que pour toi ?, je n'en sais rien, mais garde-toi de désespérer, tu auras tout le temps après, après quoi ?, peut-être dès demain qui sait ?, regarde les papillons, oui, avant, il y avait des papillons, ben eux, vérifie sur Google, ils naissent et meurent, parfois dans la même journée, hop !, comme ça !, hop !, clac !, ben, cela ne les empêche pas de vivre et de recommencer, et pourquoi ils le font ?, hein ?, ben parce que y'a la vie, et la vie, c'est tout, c'est la vie, la beauté du monde, les sens, le sens, un sens parfois unique, non, le sens unique de la circulation, bref, tu as la vie et ça, c'est un cadeau et un cadeau, ça ne se jette pas, hein ?, oui mais ce cadeau, il était pourri, un vase de Vallauris, je ne peux pas pifer, y'a des limites à tout, ben oui, y'a des limites, des règles, des interdits et tout et tout, ben voyons, tu vas les apprendre, quoi la liberté ?, et les autres ?, si tu crois que c'est facile les autres ?, quant à la liberté, faut la gagner, hein ?, ah ben, c'est cher, très cher, ah ben ça faut du pognon, mais je t'expliquerais après..après...bien après, si on y arrive, comment ?, mais oui, on va y arriver...aie confiance..."

Vive le mensonge !

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche