Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 04:39
And now... Ladies and Gentlemen...
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 04:39
America
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 04:38
La politique de la gifle
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 07:09

Hello les blogos ! Snurf Prélouhate la blogose !

 

Mes aïeux, mes agneaux ! Je ne sais pas si vous avez ouï la T.S.F. ces derniers jours, quant à la téloche, je l'ignore, mais si on expliquait l'économie actuelle comme on signifie la grippe sur ces mêmes ondes, peut-être existerait-il un espoir en ce bas monde. La simplicité du message, voire son extraordinaire ingénuité (les andouilles parlent aux cornichons), dispense une information si limpide et si intelligible qu'on est droit de croire en l'extinction rapide de cette grippe H3N2.

Faisons ainsi de même pour l'économie contemporaine.

Ploum Ploum !

L’économie, selon Wikipédia (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer »), est une activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. Pour cela, il faut un patron qui donne du travail, ce même travail imaginé et élaboré par celui-ci, il faut un salarié qui est ravi du travail ainsi fourni et un consommateur qui acquiert le bien produit. Ceci dit... merde ! Je suis confus, je complexifie le message que je voulais aussi clair et concis que celui sur la grippe. Reprenons.

Ploum Ploum !

L'économie, c'est un patron qui contraint un salarié de trimer pour lui, un salarié qui courbe l'échine et un consommateur qui consomme. (C'est mieux !) La richesse ainsi produite est accaparée pour l'ensemble par ce même patron, voire par d'autres que l'on nomme "actionnaires", le salarié... hé merde ! J'embrouille encore ! Pardon, mais je m'aperçois qu'il est ardu de simplifier pour des abrutis. C'est nouveau pour moi. Reprenons.

Ploum Ploum !

L'économie, c'est un enfoiré qui astreint un pauvre con à en chier et qui accule, voire pire, ce même pauvre con à lui acheter ce que lui-même a produit. Là-dessus, un autre enfoiré, voire un enculé mais je m'en voudrais de n'être que trivial, élabore des lois qui favorisent ce premier principe... merde de merde ! Putain ! Bon, reprenons !

Ploum Ploum !

L'économie, c'est tout pour un et rien pour nous !

Sinon, mouchez-vous !

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 07:09
Davos
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 07:09
Davos
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 07:09
Davos
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 07:01

Hello les blogos ! Brrr Frizzz Friizzz la blogose !

Bon d'accord, ça gèle, ça caille, ça caillebotte mais je m'avance, ça givre, ça glace, en un mot, c'est l'hiver. Certes. Mais pourquoi s'en alarmer ? Quel plaisir que l'hiver et ses frimas peu frimeurs. Surtout dans une perspective culinaire et notamment l'une des recettes les plus représentatives, la fondue savoyarde. Pas celle de la basse, mais de la haute. Mais connaissez-vous la véritable histoire de la fondue savoyarde et donc de sa recette originale ?

Ploum Ploum !
La fondue savoyarde ou givrée ramonée, a été inventée en 1602 par Charles-Emmanuel Ier, souverain de Savoie, lors de la nuit de l'Escalade quand il entreprit, alors qu'on ne lui demandait rien, de reprendre Genève, passée à la Réforme. Lors de cette grande bataille, qui se conclût par une aussi grande défaite, Charles-Emmanuel Ier se trouva bien malgré lui, avec sa troupe d'anciens Allobroges bâtardisés, enfermés dans le château de Cateau-Cambrésis, non loin de Chamonix, où il est de coutume de ne point pouffer connement quand un anglais évoque le Ben Nevis, point culminant des Îles Britanniques, avec ses 1343m d'altitude. En même temps... bref ! Le Duc de Savoie et ses sbires, ainsi encerclés, entreprirent de revendre chèrement leur peau, même si à l'époque, la peau d'un bâtard ne coûtait modestement qu'un verre de génépi.
Les italiens, ennemis intimes et braillards, et à l'époque moins cons qu'aujourd'hui, au lieu de donner l'assaut comme des brutes épaisses zélées, entreprirent d'assiéger le dit château, tout en psalmodiant d'ineptes chansons napolitaines. Et ce, vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
Charles-Emmanuel, voyant un à un ses compagnons d'infortune se suicider en se jetant des remparts à chaque "O Solo mio" braillé, eut une idée originale. Il demanda à chacun de se boucher les oreilles à l'aide de petits bouts de pain sec, et, pour obturer les trous inhérents à une bonne mie aérée, leur demanda également d'y adjoindre un bout de fromage fondu pour une isolation acoustique parfaite. Belle et grande idée que celle-ci ! Les napolitains eurent beau beugler comme peu de breneux savent le faire, les assiégés ne se rendirent pas, mais moururent tous de faim.
Ainsi, sans le savoir, Charles-Emmanuel Ier inventa la toute première recette de la fondue savoyarde.
Pour retrouver le goût d'antan, en lieu et place du cérumen allobrogien, préférez un Apremont. C'est autrement...
Bon appétit !

 

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 07:00
Frisquet !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 07:00
En marche !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche