Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 07:24
Printemps !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 07:23
Prétention gaie
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 07:23
Printemps tant !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 07:25

Hello les blogos ! Juste un...litre, la blogose !

Souvenez-vous mes joyeux épicuriens. Ce fut un 17 mars, en 1915, que le royaume des incontinents du bulbe, ceux des diafoirus ès sobriété, des dictateurs de la vertu et des cravateux bégueules, un royaume empli de morgue, gagna sa plus insupportable victoire dont on paye encore aujourd'hui les ravages inhibiteurs sur la liberté de s'envoyer en l'air. En effet, ce 17 mars 1915, la France, alors même que l'Allemagne lui titille les arpions, interdit la consommation et la commercialisation de l'absinthe. Un jour noir.
Mais rappelons-nous de l'histoire de cette fée verte.
Val-de-Travers, un village au nom prédestiné, dans le canton Suisse de Neuchâtel.
La mère Henriod, une ventrue amène édentée, dont le mari tenta toute sa vie d'agrafer un voile pudique sur ses bourses enflées, conçut quant à elle, et ce au XVIII° siècle, un élixir à base d'absinthe. Succès immédiat. A tel point, que le major Dublied, en 1797, acheta la formule magique et ouvrit une fabrique à Couvet, avec l'aide de son gendre Henri-Louis Pernod. Pas con le Suisse ! Enfin surtout à l'époque.
Ce même Henri-Louis Pernod qui, vénalité capitaliste oblige, décida d'augmenter le succès déjà retentissant de l'absinthe en ouvrant quant à lui une usine à Pontarlier, dans le Doubs, de l'autre côté de la frontière, en 1805. Succès une nouvelle fois considérable. Pensez-vous, les Doubistes, qui se faisaient déjà chier à sucer de la cancoillotte pour oublier les rigueurs de l'été à moins quarante, accueillirent l'élixir avec un espoir facétieux de crever enfin avec sérénité et félicité. On les comprend. C'est d'ailleurs ce qui permit aux soldats français, en 1830, de conquérir l'Algérie pour le plus grand plaisir des gros colons, qui ratonnent toujours au CAC40.
Par la suite, les artistes en firent leur boisson vénérable et vénérée, au doux nom de fée verte. Degas, Toulouse-Lautrec, Baudelaire, Verlaine et Oscar Wilde, pour ne citer que les plus tarés et, n'en déplaise au plus châtreur d'entre les cons, les plus éminents.
C'est alors qu'un obscur chimiste fumiste et un auteur assommant conclurent que cette absinthe était mortelle et dangereuse. Une substance toxique, la thuyone, selon Zola, le barbant barbu, serait à l'origine de la dégradation de la condition ouvrière. Quel con ce Zola !
Fin de l'histoire pour l'absinthe.
Ce n'est qu'en 1932, qu'un certain Paul Ricard adapta la fée verte pour créer le pastis.
Marcel Pagnol fit le reste.
Ploum Ploum !
Et les cigales de chanter notre désespoir.

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 07:22
Réalité navrante
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 07:21
Province provinciale
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:33

Hello les blogos ! Oh Ouiiiiiiiiiiii la blogose !

 

Jouir sans entrave, jouir sans betterave ! Aujourd'hui mes neuneus et adeptes d'une seule syllabe de ce dernier, nous adopterons les us et coutumes du saurien podarcis muralis, plus connu sous le nom de lézard des murailles, ou chez Giono, l'auteur de "Colline", comme la lagremuse. Us et coutumes qui consistent à, d'une part, se dorer la tranche et la couenne au soleil, je m'adresse essentiellement aux seuls habitants dignes d'intérêt qui s'ébrouent la caudale au sud de la Garonne, et, d'autre part, à garantir l'autotomie de leur queue, autotomie qui est la capacité qu'ont certains animaux de perdre une partie de leur corps volontairement puis que celle-ci éventuellement repoussasse, et là je m'adresse exclusivement à la moitié de l'humanité, celle des mâles, la moins omnipotente et la plus fragile. Or donc, en ce soleil annoncé et effectif céans, veuillez trouver ci-joint la méthode bienfaitrice de la lagremuse.

Après un breakfast brexitien, l'unique noble repas de l'albionniste blafard, veuillez choisir le pinacle d'un doux coteau, l'appui d'un mur sec ou l'assise d'un banc massif, puis allégez-vous de vos défroques hivernales et adoptez la prestance des sculptures de marbre. Plissez vos yeux, haussez votre menton, dilatez votre poitrail, posez vos mains au sol, étalez et écartez vos jambes, soyez neutre de visage. A la rigueur, souriez. Les grincheux n'en seront que plus isolés et revêches comme il se doit. Respirez abondamment, faites le vide. Au bout de quelques minutes, laissez-vous vous pénétrer. Bien évidemment, c'est une image. Les rayons de l'astre bouffi n'en demandent pas tant. Point de turgescence, uniquement de l'évanescence. Dilatez alors votre esprit, ainsi que vos pores. Absorbez et agréez. Attendez une heure, voire deux, n'objectez aucune somnolence et acceptez la félicité. Cette béatitude extatique chère à la soeur capucine dont la peau opaline turlupine le calotin galopin. Voilà. Ultime conseil aux lagremuses convaincues, évitez autrui. Tout d'abord, et comme le disait l'existentialiste du Café de Flore, c'est infernal, pour ne pas dire chiantique, et ça vous ramène toujours vers une réalité assommante de type vie sociale où les casse-couilles tendent la patte aux casse-burnes, voire casse-ovaires pour ne pas ignorer la belle engeance.

Profitez !

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:33
Jouiiiiiiiiir !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:32
En marche arrière toute !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:31
En marche !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche