Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 07:20

r.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 07:16

x.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 07:09

b.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 07:01

l.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 07:08

s.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 07:00

y.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 07:18

g.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 07:16

d.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 07:15

e.jpg

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 06:20

Hello les blogos ! Allez une fois la blogose !

 

Je vais céder encore une fois ( une dernière fois ?) aux préséances de l'actualité qui ne manquent pas de sel, ni de poivre.

Et je dirais sans nulle autre concession et à brûle-pourpoint que le sieur Bernard Arnault a bien raison de demander la nationalité belge ! C'est vrai quoi ! Non seulement, c'est son droit le plus strict, sa liberté la plus inaliénable, mais par ailleurs, il n'y a rien de plus désirable et charmant que de devenir belge. Un peuple singulier et original qui cueille des oranges sur l'arbre de la liberté, comme l'indique la Brabançonne, avec un c cédille pour ne pas choquer la gueuse. Un hymne national qui indique également les fondamentaux nécessaires à une vie souveraine et émancipée : " Li Rwè, li Lwè et l'Liberté !". Pardon, je traduis pour les béotiens : " Le Roi, la Loi et la Liberté !"

C'est-y pas un beau programme que celui-ci ?! Non ?

Aaaaah la Royauté ! La Loi ! Et dans une moindre mesure, la Liberté, Anvers et contre tout ! La Patrie grasse de Franquin, de Simenon, de Félicien Rops, de César Franck, d'Olivier Gourmet, d'Arno et bien entendu du chanteur et compositeur François Van Campenhout, dont le nom m'amuse.

Ah la Belgique, Bruxelles, ma belle, place de la Brouckère où je prends la dérive, voire une autre bière !

La Belgique, quoi !!!! Où les RG se changent en Hergé, où les bulles font "Splatch" et "Chtoing", où mourir se décide en âme et conscience, où l'humour est une politesse magnanime, où la politique n'existe pas et où les frites se grassifient à la graisse de boeuf pour le plus grand plaisir contrarié des végétaliens qui je le rappelle sont la forme la plus inexpugnable de l'abjection gastronomique !

Mais là est le hic ! Car en dehors d'une image d'Epinal, la plus éculée ( attention aux consonnes !), il faudrait signaler tout de même aux Belges, que l'invention de la frite est FRANCAISE !!!!!!!! N'en déplaise à Uderzo !

Ploum Ploum !

Rappelons les faits.

Nous sommes en 1789, durant la Révolution française. Sur le Pont-Neuf à Paris, la petite Adeline Trouillard compte joyeusement les morts à particule qui flottent sur la Seine. Or Adeline, ingénue révolutionnaire à jupon, manque singulièrement, comme il était de coutume à l'époque, de capacité intellectuelle avérée. Oui, jadis, les femmes étaient connes. C'est un fait connu. La preuve, elles laissaient aux hommes le soin de diriger leur vie. Quelle perte de temps !

Bref ! Adeline Trouillard, donc, compte, compte, et, fleur de nave en son cerveau, se trompe irrémédiablement sur la somme véritable des cadavres observés. N'en pouvant plus de se tromper ainsi, et de recompter inlassablement, elle se tourne alors vers les margoulins et autres camelots qui escroquent sur le pont. Là, elle trouve un petit commerçant, torve et charlatan comme de coutume, qui exhorte le chaland à se faire niquer la bourse sans rechigner et avec contentement. Il s'agit du petit Adolphe Arnault de la Vérole, boutiquier et cuisinier à ses heures, et donc enculé notoire. Il est l'inventeur de la friteuse et vend, sur le Pont-Neuf, sa dernière trouvaille culinaire ( Parmentier était son oncle), des pommes-de-terre, coupées en allumettes, et frites. La petite Adeline a alors une révélation. Elle achète au laid brigandeau Arnault, de la Vérole pour justifier de sa disgrâce galeuse, un cornet de frites. Et ainsi, elle se sert des bâtonnets, comme à l'école Jules Ferry de son village, certes beaucoup plus gras qu'un bois d'aubier, pour compter sans erreur les macchabées. Pas si conne que ça tout compte fait !

Fin de l'anecdote historique et incontestable.

Alors les Belges ? Hein ?

Non mais !

 

P.S. : Quant à Adolphe Arnault de la Vérole, ayant perdu sa particule lors de la Révolution, il se promit, non sans une certaine vindicte putassière, de réussir sa vie pour se torcher à l'avenir dans la dentelle, qui reste à ce jour, une minauderie altière et chatoyante du plus bel effet chez les parvenus à la mord-moi-l'noeud !


Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche