Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 06:31
Laïcité
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 06:30
Dégraissage en Grèce
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 08:02

Hello les blogos ! T'es out la blogose ?

Ouste juillet ! Août !

Voici aimables blogosiens, le mois, disons-le sans ambages, le seul mois, dont l'accent circonflexe fait toujours la nique aux rectifications orthographiques successives qui désirent flatter ainsi l'occiput des laborieux branleurs qui espèrent bien voter à la prochaine. Gloire à lui !

Août vient du latin Augustus, nom donné à ce mois en l'honneur du gentil dictat... pardon, de l'adorable empereur romain Auguste, fils adoptif de Jules et empoisonné semble-t-il par son épouse, Livie, qui lui trouvait un petit glaive.

Mois de chaleurs excessives, août est le mois où le noble pays qu'est la Rance, pardon, la France, se terre dans la farniente, le rien, le non-travail et où trouver un plombier est aussi inconcevable que de trouver une once d'espoir quant à la victoire prochaine de l'intelligence en politique. Il est le mois des fruits mûrs, des grésillements nocturnes des grillons, des cieux animés, des salades improbables où le con s'imagine en démiurge de l'art culinaire en ajoutant au goût certain d'inutiles couleurs et saveurs du style poivron jaune et autres graines de sésame, il est le mois des insectes cons, des aoûtats pour ne pas les nommer, des grillades cancérigènes, des rosés pamplemoussés, des bouées Snoopy et des huiles coco, des primes-toisons pour les esthéticiennes, des fringues évanescentes, des espoirs lascifs et des désillusions voluptueuses.

Mais quid des travaux du mois ?

Il faut encore et toujours semer. Ainsi, pour ceux qui ont la chance de posséder un jardin potager, où des parents qui s'évertuent à vivre mieux, il est encore temps de contrer la saveur insipide des légumes de chez Leclerc et consorts, en semant donc radis, salades et épinards, en repiquant les poireaux et en pinçant sans rire les tomates qui ne demandent que ça. Il faut, et cela est primordial, arroser, arroser et arroser. Un peu comme le ferait Manuel Barroso pour mieux récolter du blé chez Goldman Sachs, Sachs qui n'est pas une maladie comme on pourrait le croire, ni de croire que Goldman serait également une infirmité de la chanson française. Que nenni. Mais revenons aux travaux du mois et à l'arrosage. Il convient de pailler les pieds des arbres fruitiers, et autres plantes potagères ou pas, afin de réduire la consommation d'eau qui ne tardera pas, tout comme le gaz, a augmenté son tarif pour mieux aider nos gentils paysans à canonner à qui mieux-mieux et ce afin de nous nourrir sans danger.

Août est enfin le mois de l'ombre. L'ombre nécessaire à de sereins apéritifs.

Il convient de préparer cela avec sérieux.

L'ombre est affaire de solennité.

La solennité radieuse des biberonneurs à l'esprit enfantin.

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 08:01
AOÛT !
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 08:00
Chassez le naturel, la nature revient au galop
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 08:40

Hello les blogos ! Hmmmmmmmmmmm la blogose !

Lâcher de mots estivaux avant chroniques aoûtiennes :

La mer d'Iroise au goût framboise salée, pointe de Chantilly à la pointe du Cap de la Chèvre, la mer de la baie de Douarnenez, les doigts dans le nez, un nez rouge pinard, un nez granuleux, un mer sombre, inégale, teintes alguées aux variantes froides, nues en formes grasses, grains de mer, mer en grain, graines de méduses échouées, les mouettes ricanent et se fendent la poire en deux, une p'tite poire en forme de pomme, un calvados qui n'a pas de nom, Lambig, big noise, orages en image, longue trainée de nuages, la pointe du Raz, de marée basse, les vagues et les algues, les goémons noirs sur la vague lascive, odeur d'embruns, brou de noix, rochers acerbes et acérés, grappe de moules d'un noir de jais éclatant, une algue s'essouffle sous un soleil crâneur, les granules implosent, une pince de crabe d'un orange vif, à la ramasse, masse informe, migrant ignoré, bolet de cidre, âpre et trouble, une bière Térénez non loin de Landévennec, Argol, la maison du cidre, joyeux drilles et filles réservées, campagne verte, modeste et sage, à nouveau un grain, papier de cigarette collé, première bouffée, âpre et trouble, Brest au loin, derrière la Chèvre qui bêle, horizon, ailleurs, au delà, par là-bas, je m'emplis et me largue, les amarres dans le sable.

Le Gers.

A nouveau.

Je crois à la verticalité.

Bretagne, Gers, réunis.

A lundi.

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 08:39
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 07:41

Hello les blogos ! Hmmmmmmmmmmmm la blogose !

De retour ! A suivre ! A demain ! Aaaaaaah

Voir les commentaires

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 07:41
Telgruc-sur-mer
Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 05:27

Hello les blogos ! J'ouiiiiiiiiiiiiiiiii la blogose !

Juillet, du latin jouis et du brexitois yeah, est le septième mois du calendrier grégorien en mémoire au pacifique Jules César qui, à l'instar de son alter ego marseillais, ne résistait jamais à un anisien apéritif toutes les fois où le soleil se hissait après s'être couché. Mais que faire en juillet en dehors de partir connement en vacances ? Tout d'abord, parce qu'il est bon de jouir en toutes circonstances, fêtons juillet et sa possible incandescente chaleur qui émoustille tant le dessous des étoffes. Fêtons-le, buvons frais et bâfrons vrai. Au potager, semez encore et encore les radis, réservez votre sel de Guérande, semez également bettes à carde, tétragone et mâche. Plantez les choux et les poireaux en prévision d'un bel hiver et de somptueuses soupes. Sinon, en vos plants peu plan-plan, il est temps, tout comme l'Europe et son rêve joli aux oreilles médiocres des politichiens, d'éclaircir vos semis précédents, de désherber vos travées, plutôt à l'huile de coude qu'à l'aide de produits capitalo-merdiques, de fixer les labiles tomates à leur tuteur ad hoc, de butter, non pas tous les cons, juillet n'y suffirait pas, les haricots, les pommes de terre et les pois, très seyants sur les robes échancrées. Traquez les doryphores et autres connards gourmettés, pincez melons, concombres, aubergines et rondelettes fesses en s'assurant d'une affinité con-sensuelle, rabattez les aromatiques et pulvérisez vos légumes à l'aide de purins de prêle et d'ortie. Arrosez, arrosez-vous, rosa, rosa, rosam, rosae.

En dehors du jardin potager et autres vergers chers à Jean de Meung et Guillaume de Lorris, les particules du Roman de la Rose, juillet permet également de peaufiner quelques besognes peu besognantes. Tout d'abord, dormir, dormailler, siester, pioncer et traîner. Il en va du repos de l'âme et de quelques lascives pensées. Ensuite, et comme le dit l'adage tempéré : "Juillet doit rôtir ce que Septembre mûrira", il est plus que temps, en prévision d'un futur mystérieux, de lire, et pourquoi pas cet excellent ouvrage "Les chroniques de la Glooyourte" aux éditions Lemieux éditeur, vingt euros, pour ne pas dire peau-de-zeb, il est temps également d'écouter, de sentir, de caresser, toujours sous le consentement du ou de la caressée, de goûter aux joies de l'eau, deux doses seulement, de parler et de fermer sa gueule, de réfléchir sans n'attendre rien d'autre que cela, de penser, de s'évader, de dire non aux autres et de dire oui à soi, d'estimer les étoiles, de se foutre à poil et, pour citer l'auteur sus-dit qui n'est autre que mézigue, et afin de clore cette chronique, de boire frais et de bâfrer vrai.

Bon juillet à toutes et tous !

Jouis ! Yeah !

Cette chronique sera la dernière de juillet. En effet "L'almanachronique" prend un repos nimbé de quiétude altière, bien mérité, sans déconner, et reprendra dès août, voire le premier, sinon le début. Le début d'une nouvelle aventure.

Belle âme et bon juillet !

Repost 0
Published by BLANCAFORT
commenter cet article

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche