Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 07:54

Hello les blogos ! Hou Ha Hi Huuuuuu la blogose !

 

...mais écoutez plutôt ce conte.

Ploum Ploum !

Il était une fois Rasmena, la fille du commerçant boulanger le plus florissant de Tameran, le gras Nasreddin. Elle était belle et blonde comme le pain. Elle marnait peu et se pavanait beaucoup, comme toutes les filles de commerçants. Rasmena était aimée d'un garçon, Soufi, le disciple de Confiturius, pauvre bien entendu mais gai comme un pinson et secrètement lubrique. Quand il venait à sa rencontre, elle regardait ailleurs, avec un air de suffisance peu contenue.

Il lui dit un soir de printemps :

- Bonne amie, quand m'aimeras-tu ?

- Je t'offrirai mon chaudron bouillant quand tu auras livré tous les pains de tous les jours de la semaine à tous nos clients, et ceci avant dimanche.

Il s'en fut, un lourd sac à l'épaule. Le coeur transi. Dès dimanche, et ce avant midi, il s'en revint, le sac vide, fourbu mais heureux du labeur accompli.

- J'en ai chié ma mie ! Certains de vos clients m'ont même jeté leurs chiens et ils m'ont déchirés corps et âme. Quand seras-tu ma fiancée et même plus ? Arf Arf !

- Je veux que tu nettoies toutes les réserves de farine qui se trouvent le long de la rivière. Et peut-être auras-tu mes faveurs et mes miches ! Hi Hi !

Il s'en fut encore, avec son seau et son maigre balai, et nettoya sans relâche les vingt-sept réserves de la famille Nasreddin. A la Saint jean, il fut de retour, pâle comme un matin d'hiver et aussi puant qu'une nuit d'été sous les jupons d'une baba teutonne.

- Ouf Ouf ! Tout est fait ma mie et j'en ai chié derechef ! Ouf ! Épouse-moi, je t'en supplie.

- Tut Tut Tut ! Je veux pour dernière preuve de ton amour si grand, et si gros je le vois, que tu tries un à un tous les grains de blé du grand silo de Tameran. Et là, mon bon ami, je t'épouserai et la nuit sera chaude.

Il s'en fut encore et encore. A la Toussaint, elle l'attendit. Vint le matin d'un nouveau Saint Jean d'une nouvelle année. Elle ouvrit les yeux dans sa chambre. Elle le vit debout près du lit.

- Bonne amie, Keuf Keuf !, j'ai fait ce que tu m'avais demandé, Keuf Keuf ! Et pardonne-moi de keuf-keuffer ainsi mais j'ai attrapé une coqueluche d'enfer ! Keuf Keuf ! Vois ces mains, elles sont la preuve irréfutable de mon dur labeur ! Keuf Keuf ! Et j'en ai chié à nouveau ! J'ai côtoyé également une angine de poitrine, une athérosclérose asthmatique, un rhume des foins et une tchouille improbable mais, Keuf Keuf !, sacrément carabinée ! Puis-je m'allonger à tes côtés ma mie promise ?

- Mais certes bon ami ! Et plus que de raison ! Mon chaudron est à point et ta sève sera mon calmant ! Hi Hi !

A ces mots, Soufi s'endormit et ronfla de tout son saoul ! Rasmena prit le vit du presque mort entre ses mains. Il était aussi mou et inerte qu'un goitre de Guéant, le civilisé anal.

Elle pleura longtemps, puis s'enferma dans un couvent.

 

Moralité : Le travail tue l'amour !

 

Tout ça pour en arriver là ! Mon Dieu, mon Dieu...

Partager cet article

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche