Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 08:16

Hello les blogos ! Ca chauffe chauffe la bogose !

 

De l'utilité du soleil sur le moral de tante Léonie et dans une moindre mesure sur la braguette du p'tit Babo, l'obsédé transi de la rue Longue.

Ploum Ploum !

Parmi les choses grandes et magnifiques de la saison, une saison loin d'être entamée mais qui pointe sa truffe écarlate avec délectation, il faut signaler la terrasse, et plus particulièrement celle du café ou du restaurant.

Si vous le voulez bien, mettons en scène.

Imaginez un café, sa façade de type René Coty-Charles Pompidou, au-devant de laquelle s'étire en proportion idéale une terrasse qui rogne discrètement sur le trottoir. En face de ce dernier et au-delà du bitume routier, un égal trottoir, peut-être plus large et sans doute plus animé. Voire une place.

Sur la terrasse, des tables et des chaises. Installez-vous à l'une des tables et commandez.

Le soleil est présent, la chaleur résistante, le sourire abondant.

Observons.

Comme je le précisais précédemment, le soleil a cette particularité essentielle d'écourter les tissus, de révéler la dentelle et de fanfrelucher les toilettes. Vous vous souvenez ? Bon. Observons donc et derechef.

Le spectacle commence, le rideau s'ouvre.

" - Mesdames et Messieurs, bonjour ! Je me trouve actuellement à la terrasse du Bar Bach, un sympathique troquet de la rue Longue, à Proumerlec-les-oies, sous un soleil assidu dont les rayons peu bouffis, mais néanmoins boursouflés, engendrent les toutes premières ombres printanières. Je viens tout juste de commander un café et son traditionnel verre d'eau et je m'apprête dès maintenant à...Oh ! J'interromps ma logorrhée peu précieuse mais franchement apprêtée car j'entrevois, c'est extraordinaire, au coin de la rue, la première protagoniste de la journée. Oh Oh ! Jupe légère et évanescente, débardeur en fin coton, décolleté discret et lunettes adéquates. La démarche est fringante et de subtiles fragrances troublent l'atmosphère d'une sensuelle émanation lascive. Mais que vois-je ? Un groupe de donzelles, peu bovines mais franchement galbées, surgissent à l'autre bout du trottoir qui maintenant s'anime ardemment. Elles sont vêtues de robes bigarrées, plus ou moins courtes, pour certaines translucides, laissant apparaître, en un flot charnel, des poitrines volages et très peu pondérées, quelques concupiscences volées, et des gambettes, encore blanches, mais néanmoins attrayantes. Leur démarche est brouillonne mais gorgée de vie et d'énergie, et les rires qu'elles émettent sont comme un chapelet de cris de mouettes rieuses à l'entrée d'un port. La fiente en moins. Ooooh ! Superbe entrée de la quadragénaire à droite ! A droite de la rue, pas à droite de la gauche ! Habillée d'une chemise blanche, échancrée avec discrétion, jean ample et chaussures à talons. Quel art ! Quelle prestance ! Tiens, un boudin ! Passons ! Aaaaah ! La voilà ! La voici ! La superbe...la sensuelle...la...

- Jean-Edern ? Jean-Edern ? On ne vous entend plus ! Jean-Edern ?

- ... "

 

Hein ? Que n'attendez-vous pour vous précipiter en terrasse ? Pour profiter du soleil !

Et toutes les conséquences inhérentes à son rayonnement.

C'est le printemps avant l'heure !

Yessssssss !

Partager cet article

Repost 0
Published by lalmanachronique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche