Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2023 5 27 /01 /janvier /2023 07:06

53

Hello les blogos ! Fizzzzzzzzz la blogose !

 

« Des chercheurs ont battu le record de l’impulsion d’électrons la plus courte jamais créée, produisant un signal de 53 attosecondes, ou 53 milliardièmes de milliardième de seconde. »  New Scientist

Moi, des nouvelles pareilles, ça m’fait la journée. 53 attosecondes !

Déjà, j’ignorais tout de l’attoseconde et puis, en cherchant la signification, la formule « 10−18 seconde » me replongea matutinalement et invariablement dans mes cours d’antan de mathématiques où j’étais aussi à l’aise que lors de ma première fois sexuelle pour laquelle il fallait agiter la zigounette dans le pilou pilou. Ou le contraire. J’n’ai jamais su.

53 attosecondes. Des milliardièmes de milliardième de seconde.

Cela me fait l’effet égal quand j’ouïs les résultats de LVMH en ce jour béni : « les ventes de LVMH ont flirté en 2022 avec quelque 80 milliards d’euros, le résultat net dépasse les 14 milliards et la capitalisation boursière franchit la barre des 400 milliards. »

Épatant ! Mais inaudible car incompréhensible. Ce à quoi a répondu Bernard Arnault : « Je constate avec un peu de surprise - encore qu’en France, il ne faut jamais être surpris – que les gens ne connaissent pas bien l’économie, donc on se fait critiquer (nous, les milliardaires) par des gens qui ne connaissent pas bien le sujet dont ils parlent. »

Et il a raison. Nous sommes des cons et des incultes, pardon, JE suis con et inculte. Par exemple, je ne mesure pas combien Bernard fait le bonheur des 160 000 travailleuses-travailleurs qui œuvrent à la bonne santé de la boîte, et de l’économie, ni ne mesure la portée des quelque 5 milliards d’impôts sur les sociétés que donne généreusement the big-boss pour le bien commun.

Mais ça c’est le con lambda franchouillard de base qui s’la joue expert autorisé à donner un avis technique de même autorisé. Vous ne votez plus ? Vous critiquez la réforme des retraites ou la réforme du chômage ? Vous condamnez l’inaction environnementale et écologique ? Vous blâmez les urgences sanitaires et l’autorité autoritaire et patati et patata ?

Vous êtes des cons et des incultes. Vous n’y pigez que dalle les nullos. Qu’est-ce que vous attendez pour irrémédiablement fermer vos gueules ? M’enfin !, comme le disait Gaston.

Et c’est pour ça qu’il faut prendre le temps de prendre son temps. Prendre le temps d’acquérir le savoir, voire celui de le partager. Prendre le temps d’analyser une information. Prendre le temps de la mettre en perspective, d’élargir les horizons.

Et pas en 53 attosecondes !

La même durée d’ailleurs que le plaisir ultime de ma première fois.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2023 5 27 /01 /janvier /2023 07:06
WAR is good

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2023 5 27 /01 /janvier /2023 07:05
Vive le sport !

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2023 5 27 /01 /janvier /2023 07:04
THE END

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2023 4 26 /01 /janvier /2023 06:41

Hello les blogos ! En avant marche la blogose !

 

Aujourd’hui chers ouailles, nous célébrons la mort d’un poète : Gérard de Nerval, mort un 26 janvier 1855.

Poète romantique, il prend part aux « Trois Glorieuses », une révolution de style mai 68 qui accouchera bien après du « printemps des peuples » en 1848. Il participe au « Petit-Cénacle », un cercle amical où la bibine imbibe des mots tapageurs et où il côtoie Pétrus Borel, bohémien lycanthrope.

Inspiré par les barricades, il écrit un poème-fleuve sur le peuple.

Le peuple, son nom, sa gloire, sa force, sa voix, sa vertu, son repos.

(Un repos qu’il prendra désormais à 64 ans, voire jamais.)

 

LE PEUPLE.

 

SON NOM.

O vous qui célébrez tous les pouvoirs, ainsi

Que le canon des Invalides ;

Et qui pendant la lutte aussi

N’êtes jamais plus homicides :

Les temps sont accomplis, le sort s’est déclaré ;

Des Francs, sous les Gaulois l’orgueil enfin s’abaisse ;

Le coq du peuple a dévoré

Les fleurs de lys de la noblesse...

A présent, paraissez : à la tête des rangs

Cherchez quelques héros à proclamer très-grands 

Mais, entre tous les noms que le siècle répète,

Un seul reste à chanter... cherchez ! encore un nom,

Plus noble qu’Orléans, plus beau que Lafayette

Et plus grand que Napoléon.

 

SA GLOIRE.

Le Peuple ! — Trop longtemps on n’a vu dans l’histoire

Pour l’œuvre des sujets que les rois admirés.

Les arts dédaignaient une gloire

Qui n’avait point d’habits dorés ;

A la cour seule était l’éclat et le courage,

Et le bon goût et le vrai beau :

Les habits déchirés du peuple et son langage,

Faisaient rougir la Muse et souillaient le pinceau...

Combien ce préjugé s’efface !

Nous avons vu le peuple et la cour face à face :

Elle, ameutant en vain ses rouges bataillons ;

Lui, sous leur feu cruel, marchant aux Tuileries ;

Elle, tremblante et vile avec ses broderies,

Lui, sublime avec ses haillons !

 

SA FORCE.

C’est que le peuple aussi, malheur à qui l’éveille !

Lorsque, paisible, il dort sur la foi des serments,

Il laisse bourdonner longtemps

La tyrannie à son oreille.

Il semble Gulliver environné de nains :

Voyez, par des fils innombrables,

Des milliers de petites mains

Fixer ses membres redoutables :

Il y monte enfin, triomphe..... le voilà

Bien lié... Que faut-il pour briser tout cela ?

Qu’il se lève ! Déjà de ses mains désarmées

Il lutte avec les forts où gît la trahison,

Et son pied en passant couche à bas les armées

Comme les crins d’une toison !

 

SA VERTU.

Je crois le voir encor, le peuple, aux Tuileries,

Alors que sous ses pas tout le palais trembla :

Que de richesses étaient là !..

Étincelantes pierreries,

Trône, manteau royal sur la terre jeté,

Colliers, habits, cordons oubliés dans la fuite,

Enfin tout ce qu’avait la famille proscrite

De grandeur et de majesté !

Eh bien ! de ces trésors, rien, pour lui, qui le tente,

De les fouler aux pieds sa fureur se contente ;

Et dans ce grand château, d’où les valets ont fui,

Partout, sans rien détruire, il regarde, il pénètre,

Montrant qu’il est le roi, montrant qu’il est le maître,

Et que tout cela, c’est à lui !

 

SON REPOS

Non, rien de ces trésors, qu’il voit avec surprise,

Ne le tente ! Il confie à des princes nouveaux

La couronne qu’il a reprise

Et puis retourne à ses travaux.

Maintenant, courtisans de tout pouvoir qui règne,

Accourez : battez-vous, traînez-vous à genoux

Pour ces oripeaux qu’il dédaigne,

Et qui ne sont bons que pour vous.

Mais lorsque des grandeurs vous atteindrez le faîte,

N’ayez point trop d’orgueil d’être assis sur sa tête,

Et craignez de peser sur lui trop lourdement ;

Car, tranquille au plus bas de l’immense édifice,

Pour que tout au-dessus penche et se démolisse,

Il ne lui faut qu’un mouvement.

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2023 4 26 /01 /janvier /2023 06:41
Riad Sattouf

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2023 4 26 /01 /janvier /2023 06:39
Faure VS Mayer-Rossignol

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2023 4 26 /01 /janvier /2023 06:37
La nouvelle Pornocratès

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2023 3 25 /01 /janvier /2023 07:36

Hello les blogos ! Rôôônnn Spitch Rôôônnn Spitch la blogose !

 

Mes hôtes ont fait de moi un hôte. En effet, hôte peut tout aussi bien définir celui ou celle qui accueille que celle ou celui qui est accueilli. Or donc, je suis un hôte. Plus très hot mais je me soigne.

D’ailleurs, je vais devenir hôte à nouveau mais différemment.

Un aimable hôte wallon m’a fait l’honneur d’un bien résidentiel dans lequel je vais hôter mais pas que.

Un ancien garage, fait d’adobes et de pierres, qui, avec le temps, était devenu l’abri de nos autres nous, rongeurs et arachnides, passereaux et coquecigrues, dont je demeure l’obligé. Celui-ci deviendra un atelier-home dans lequel je vous désire bientôt, en février.

Or voilà, l’atelier est acquis, son espace est défini de la façon la plus naturelle, reste l’implantation du plumard, du moins son orientation, afin de satisfaire une passion fervente et soutenue, malgré la béatitude induite : la sieste.

Mais où placer le pageot ? Je consulte.

Dormir la tête au Nord ? Selon l’art du Feng Shui, c’est la meilleure position, sommeil profond et énergies propices. Or, d’après l’Ayur Veda, dormir la tête au Nord entraînerait l’énergie hors du corps, ce qui perturberait l’harmonie entre celui-ci et l’esprit. Au Japon, c’est carrément proscrit, c’est la position dans laquelle les Japonais orientent les morts.

Dormir la tête au Sud ? Selon toujours l’Ayur Veda, voire la science, c’est le top ! Ce serait l’alchimie essentielle entre le pôle Sud de la Terre et notre tête, le pôle Nord de notre corps, synonyme d’harmonie salvatrice. Par contre si vous vivez dans l’hémisphère sud, tout s’inverse et donc tout s’annule.

Dormir la tête à l’Est ? C’est le point cardinal qui mettrait tout le monde d’accord. Cela favoriserait la mémoire et la concentration, la santé et la positivité. Rien que ça. Par contre, le sommeil est certes plus profond mais peu fécond en rêves.

Dormir la tête à L’ouest ? Selon le Feng Shui, c’est la cata. Très mauvaises énergies, repos banni. Mais voilà que précise cet art du bien-être qu’en cette orientation la paresse et la procrastination seraient aimablement conviées.

Ainsi, je vais orienter la divine paillasse à l’Ouest-Est avec une pointe de Sud-Nord.

Tout cela pour faciliter les rêves paresseux avec harmonie et esprit.

Du coup, ma retraite, ce n’est pas gagné !

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2023 3 25 /01 /janvier /2023 07:36
Quiétude

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'almanachronique
  • : illustrations humoristiques, chroniques, dictionnaire, humeur du jour et autres plaisirs de bouche ! Libertin, hédoniste, sybarite des troquets, boisson vinicole, femme, sexe
  • Contact

Recherche